Le bla-bla est plaisant, mais ne vaut que s’il accouche d’une action. Certains « nouveaux métiers » tirent profit de cette nuance. Parmi eux, les coach en tout genre, de braves excentriques vendant un esprit hollywoodien à une middle class surmenée et avide de sophismes réconfortants. En contrepied de ce baratin lucratif, Dr Ramirez vous livre gracieusement le sien : win or go home gringo.

Ne contourne pas, compose.

Elle se présente rarement ainsi, mais la contrainte est une amie. L’ignorer, c’est se priver d’un formidable appui. Un exemple pour l’illustrer est l’une des huit machines simples que compte notre monde : le levier. Quand Archimède en fait l’expérience, il lance « Donnez-moi un point fixe et un levier, et je soulèverai le monde » tant il est fasciné par le potentiel de ce mécanisme simplemais terriblement efficace – reposant sur le rapport d’un élément à l’autre. Si l’une des deux parties vient à manquer, rien n’est possible.

La concrétisation du bla-bla respecte un principe plus ou moins similaire. La contrainte allant de paire avec la création, elle est une partie intégrante du mouvement, son point fixe, l’appui de l’action. Victime d’amalgame, la mal-aimée contrainte se voit trop souvent qualifiée de barrière, ce qui la désole car c’est une échelle.

Sois ta propre légende

Progresse sans vouloir incarner le sauveur de l’humanité, ni même un personnage notable de ton époque. Sois naïvement à la hauteur de ta vie, de ses opportunités, de ses engagements, de ce qu’elle offre en grâces sucrées et en épreuves amères. Une fois digérées, celles-ci t’octroieront le droit de penser à raison que t’es une légende. T’auras rempli ta mission en jouant ta partition, là où d’autres se travestiront sans fin pour suivre la hype.

Si la tendance t’indiffère et que tu suis ton calendrier sans loucher sur celui du voisin, t’es déjà légendaire. Sois serein, les temps de passage restent ajustables.

Au moment de compter les bouses, la réussite du plan rendra admiratif Hannibal Smith. Parole de Ramirez.