La campagne victorieuse de Barack Obama en 2008 a fait des envieux. Depuis ce coup de maître, la Toile joue un rôle décisif quant au succès d’un candidat. Grâce à elle, le postulant peut paraître plus valeureux, crédible ou amical qu’il n’est en réalité. L’enjeu est donc crucial.

Les tromperies sur la marchandise existent dans tous les domaines. La politique – qui dispose également de sa zone de chalandise virtuelle – n’échappe pas à la règle. Ramirez Publicis a ainsi recensé pour vous trois des plus grosses arnaques politiques qu’on trouve sur le web.

Non, Emmanuel Macron n’est pas Justin Trudeau, il n’en a ni la classe ni l’humilité. Non, Jean-Luc Mélenchon n’est pas non plus Bernie Sanders, il n’en a ni le génie ni la sincérité. Et enfin non, Marine Le Pen n’est pas Jeanne d’Arc, elle n’en a ni la vaillance ni la vertu.

Le système est identique à ce régime miracle qui allège le portefeuille plutôt que la masse graisseuse – ou pour ce bellâtre prénommé Brandon qui voudrait vous offrir son héritage – le faussaire s’intéresse à votre carte bancaire. Sauf qu’ici, c’est la carte électorale qui est visée.

Publicités