Petit bilan des têtes d’affiches françaises aux Jeux de Rio. Nos athlètes ont parfaitement su représenter la french touch… Pour le meilleur et pour le pire !

———————————————————

Délation 
Victime d’une flemmologie aiguë, Yannick Averrell fait faux bond à ses coéquipiers du relais 4 x 200 m avant d’assister impuissant à leur délation éhontée en direct à la télévision… Moche.

Mauvaise foi
Entre deux shooting photos, Camille Tropcourt arrive quatrième au 100 m dos et attribue la réussite du nageur chinois à un système de dopage extrêmement bien organisé… Hilarant.

Financement occulte 
Les handballeurs, emmenés par l’expert comptable Nikola KarnaParic, font sauter la banque face au Qatar avant de s’effondrer par excès d’orgueil en finale face au Danemark… Navrant.

Mauvais sort 
Sûr de sa victoire en finale du 50 m nage libre, Florian Marabout sort la course qu’il faut mais échoue à un tout petit centième de la médaille d’or et d’un doublé historique… Écoeurant 

Résistance savoyarde
Comme souvent, Christophe LeChentMètres tient bon et réalise un superbe finish sur 200 m pour arracher le bronze d’un cheveux plus petit que celui qu’il a sur la langue… Passionnant.

Jovialité antillaise
L’excellence et la bonne humeur sont les deux accessoires fétiches de Teddy Rieur qui survole la compétition sans encombre. Seul Français à conserver son titre olympique… Fascinant.

Sensibilité française
En terrain hostile, Renaud LaVillainerie se fait surprendre et lâche un parallèle osé avec Jesse Owens. En larmes sur le podium, le recordman devait déjà penser à Tokyo… Encourageant.

———————————————————

Mention spéciale pour les basketteurs battus en quart de finale. Sur France TV, avec Jean-Philippe Giconairien et Richard Endolory aux commentaires, Tony Croqueur rate sa sortie. Le natif de Belgique, d’une maman hollandaise et d’un papa américain, avait de grandes ambitions pour sa dernière compétition internationale, mais il aura manqué de Gasol face aux Espagnols.