Dans la rubrique « Sociologie de comptoir »

Il semblerait que sur Facebook, les gens agissent comme dans la vraie vie. Dans le sens où il y a ce qu’ils veulent laisser paraitre et ce qui parait réellement. Sur la toile, on peut même constater des comportements très similaires, ou du moins symptomatiques, de ce qu’ils sont in the real life. Sans les recenser un à un, le Dr Ramirez en a relevé quelques uns, il y a :

  • Ceux qui espionnent sans dire un mot, par peur ou par stratégie.
  • Ceux qui pensent que la vie est un clip et que l’image prime sur la réalité.
  • Ceux qui surveillent leur langage en public, bien qu’étant vulgaires en privé, et ceux qui font l’inverse, à la recherche d’un semblant de personnalité.
  • Ceux qui se localisent à tout va, pour faire croire qu’ils sont busy, et ceux qui se connectent à toute heure de la nuit, se moquant d’afficher leur ennui.
  • Ceux qui passent leur temps sur leur profil et s’auto-like sans scrupule, et ceux qui ont la même photo de profil depuis cinq ans, le nez collé au fil d’actu.
  • Ceux qui parlent (exclusivement) de foot, de chats qui dansent, de mamies en fugue, et ceux qui prennent leur avis matinal pour une tribune sur la Une.
  • Ceux qui essayent d’être marrants, alors qu’ils sont juste chiants, et ceux qui essayent d’être chiants, deviennent en fait marrants.

Bref, Facebook c’est du virtuel mais du virtuel crée par des gens, alors forcément, on retrouve la patte de « l’artiste ». C’est un peu « Montre moi ton profil facebook et je te dirai qui tu es… »