Expressionary fournit à ses lecteurs la vérité vraie. Définitions, portraits, expressions…

*Intermé-tiède :

Intermétiède est un néologisme des mots « intermédiaire » et « tiède » qui permet de qualifier une discipline amputée de toute complexité dans le but de plaire au plus grand nombre. L’adjectif peut également être utilisé pour décrire une personne ambigüe, bien qu’à l’origine il fut destinée aux disciplines sportives et artistiques aseptisées de toute complication. Plus passe-temps qu’autre chose, l’activité intermétiède a le mérite de divertir une multitude d’usagers, mais cette accessibilité tant recherchée a pour conséquence de changer sa nature. Comme dans moult domaines, il existe des disciplines nobles et des intermétièdes…

Exemple 1 : Le Slam (aventureux mix entre le rap et la poésie).

La rigueur technique que requiert la poésie est délaissée pour une cadence soumise à la seule inspiration du slameur. Avec ou sans sonore, saccadé, décousu, lent ou rapide, tout est permis. Il existe autant de règles du slam qu’il existe de slameurs, donc au final aucune. Quant au rap, aussi niais qu’il puisse paraître, il n’en reste pas moins méthodique. Coupler rythme, écriture et sens musical n’est pas une mince affaire. Là encore, le slam a gommé ces contraintes, laissant l’auteur déborder ou raccourcir sa prose sans que cela ne pose problème.

Exemple 2 : Le Badminton (complaisant mix entre le tennis et le ping-pong).

La rigueur physique qu’impose le tennis s’efface au profit d’un espace confiné où l’activité cardiaque prime sur l’adresse. Chaque joueur s’envoie nerveusement un volant fuyant et quasi-insensible à la force employée par le joueur. Car, que l’on frappe fort ou non, le volant gagne peu en vitesse, ce qui ravit le petit gabarit. Quant au ping-pong, aussi aisé qu’il puisse paraître, il n’en reste pas moins précis. Un vrai toucher de dentellière est nécessaire pour y exceller, là où l’instabilité chronique d’un volant de badminton autorise une approximation enfantine.

« Avoir carte blanche, c’est un truc de loser. La contrainte permet de créer, ne l’oublie jamais. »
Tarikson Ramirez

*(Réf: « Le Petit Ramirez » aux éditions Eastiqlal Explicit)

Publicités