Top Five des sujets tv usés jusqu’à la moelle…

Telle une boite de thon à la catalane qu’on stocke au fond du placard, certains programmes tv ont le pouvoir de rassurer leurs propriétaires. Les sociétés de production, hantées par le vide, se mettent à l’abri en misant sur des produits réchauffés dont les retombées demeurent très satisfaisantes (big up à la légendaire « ménagère de moins 50 ans ») À l’instar du sacro-saint bêtisier de fin d’année, ça coûte (presque) rien et ça peut rapporter (très) gros.

Numéro 5 : L’immersion au sein de la police/douane/gendarmerie. 7/10 cela se passe dans le Nord. Des bureaux tapissés à la gloire de Johnny ou du film « 36 quai des Orfèvres » et des agents prétendument télégéniques aux intentions de Bisounours. Ils sont beaux, humains, disponibles et… comédiens. L’occasion rêvée pour l’acteur frustré du groupe. Agaçant.

Numéro 4 : Le coaching de la personne mal dans sa peau, dans sa cuisine, dans son appart’… « Bernard ne sait ni cuisiner ni s’habiller. Après un relooking de son appart’ et 12 râteaux essuyés dans la matinée malgré l’aide de Diego notre coach séduction, trouvera t-il la force de préparer un diner romantique pour notre célibataire venue l’enterrer le rencontrer? » Triste.

Numéro 3 : La success story du frenchy à l’étranger. « Lassé par l’imbroglio administratif, il quitte tout et décide de tenter l’aventure. Parti seul dans l’hémisphère sud avec 25 dollars en poche, un sac à dos troué et une tente Quechua, il est, 4 ans plus tard, à la tête d’une affaire de pédalos qui génère 200k à l’année. Hilare, il jure de ne jamais rentrer. » Déprimant.

Numéro 2 : Le thriller sur l’islamisme intégriste. « Qui sont ils? Où sont ils? Peut-être un voisin? Un collègue de bureau? Ou cet épicier qui vous arnaque 50 cent sur chaque article? Est-ce pour financer ce projet djihadiste-naturiste-néo-contorsionniste? Des plages du Cap d’Agde aux montagnes d’Afghanistan, découvrez l’itinéraire du prochain Merah… » Abject.

Numéro 1 : Le portrait de la stripteaseuse la night / Secrétaire le jour. « Working-woman le jour, femme fatale le soir. Cette célibataire épanouie réussit à concilier sa vie de maman et ses 2 activités professionnelles. De la maternelle au bar à strip en passant par le bureau, Betty ne manque pas de peps ! Son 34 de taille (et de tension) nous le prouve. » Effrayant.

Il faut savoir se renouveler. La santé mentale du téléspectateur en dépend. Please, Enough.