« Il est 03h04 du mat’… J’ai peur. Je crois que je suis de droite. »

Après maintes expériences, réflexions puis expertises, j’ai pu confirmer certaines banalités, tout en découvrant quelques surprises. Que la bonne foi aime s’exhiber, mais qu’entre temps la mauvaise foi la déguise. Que la bêtise n’est pas forcément héréditaire, bien qu’elle puisse faire partie du patrimoine. Que l’on peut devenir un cheval de course, même quand on est un âne. Et inversement. La bienveillance d’autrui c’est comme le talent, moins on y croit plus on bosse, plus on est grand. Intrinsèquement nous le savons, publiquement nous le refusons. C’est ainsi de la maternelle au cimetière, dans tous les corps de métiers, et pour l’occasion la classe dirigeante frôle la perfection dans son rôle de représentativité. « Chacun voit midi à sa porte » dit le proverbe tant respecté. Par cette confession rythmée, je vous décris l’éclipse qui boycotte mes journées ensoleillées. Le descendant d’indigènes devient un sujet propice à la gêne seulement quand l’enfant refuse le carcan qu’on lui impose à la chaîne. L’excuse républicaine ne peut justifier tant d’intrusions dans les veines, pendant que fusent les contradictions malsaines au sein même du régiment. Ceci explique pourquoi j’ai toujours eu plus d’empathie pour la nostalgie gaulliste (vieille France, fidèle à la nation) que pour la lubie mitterrandiste (faussement altruiste et sans la moindre conviction). Voici un parallèle que peu comprendront. L’un a le mérite d’être sincère, l’autre de vouloir plaire. Je préfère aisément le premier, bien que le second ne soit pas à mépriser. Que les choses soient claires, je n’ai point de pierre à jeter. Je vous fais juste savourer ce que mon esprit a mis du temps à s’avouer.

Conséquence : mon coeur balance, dans ce bal aux idées dont je n’apprécie guère la danse. Fatalement je me dis, à l’instar de certains semblables, que je finirais bien par me faire piégerprobable en réalité, car depuis l’époque des boums, j’ai toujours snobé les stars, au profit de la timidité… Allez, je retourne me coucher.