Denis Brogniart : « Bonsoir à tous. Vous êtes dix mais à l’issue du conseil, seuls deux d’entre vous iront en finale. Pour les autres, l’aventure s’arrêtera là. » 

François H. est confiant car il a gagné toutes les épreuves d’immunité. Sympathique et bon vivant, le corrézien est innarêtable depuis qu’il suit son régime à la noix de coco. Dopé par les nombreuses rumeurs de l’île qui le créditent d’une belle avance sur son rival, Nicolas S, François ne conçoit pas une seconde que la finale puisse se jouer sans lui. Attention à l’excès de confiance car son clan semble peu enclin à le soutenir coûte que coûte.

Nicolas S. est à la fois l’outsider et le chef du camp. Nerveux et très autoritaire, il a pris le leadership dès son arrivée et l’a fêté comme il se doit : escapade sur un luxueux radeau, palmiers et cocktails en pagaille… Son mode de vie choque. Il rappelle alors à tous comment il est parvenu à entretenir le feu alors qu’il pleuvait des cordes sur l’île. Les aventuriers ne l’apprécient guère mais sont rassurés de pouvoir compter sur quelqu’un d’aussi pugnace.

François B. n’est pas très bavard et passe le plus clair de son temps à l’écart du groupe. Il n’aime pas les règles en vigueur et veut qu’on les redéfinisse en sa faveur. Réservé et nonchalant, sa passivité sur le camp le dessert auprès des autres qui le suspectent d’avoir un collier d’immunité, ce qui expliquerait son optimisme à toute épreuve. Son indécision chronique irrite (lui inclus) mais François y croit dur comme fer.

Jean-Luc M. est le grincheux de la bande. Bougonnant sans cesse, il affirme que certains sont contraints de dormir le ventre vide pendant que d’autres amassent des fruits qui finiront par pourrir. Lunatique et calculateur, le camp le suspecte de ne rien vouloir changer, hormis sa situation personnelle. Jean-Luc joue les trouble-fête et propose de doubler chaque ration du jour au lendemain. Il n’a en fait qu’un seul but : faire joujou avec le totem du Chef.

Marine LP. est la sportive du groupe. Introduite par son père (légende de l’épreuve), elle s’est faite une place en s’investissant à fond dans les épreuves physiques. Aboyant systématiquement face à l’adversaire, son credo « Pas de l’île ? Pas de riz ! » (aussi cruel que le célèbre « Pas de bras, pas de chocolat ») fait fureur chez les plus jeunes. Le camp est agacé par sa mauvaise foi qu’il l’amène à accuser des prétendues fantômes malfaisants.

EvaJEva J. est arrivée lors de la dernière réunification. Froide et directe, elle rêve de rebâtir le camp comme le faisaient ses ancêtres sur son île natale située au Nord. « Plus de feuillages et moins d’outils » répète-t-elle souvent avec un accent qui amuse secrètement ses équipiers. Son seul défaut semble être son origine étrangère et sa maniaquerie à vérifier les stocks. Assez peu prise en compte au sein du camp malgré une indéniable bonne volonté.

Denis Brogniart : « Voilà les jeux sont faits, encore quelques instants avant le verdict. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une surprise lors d’un Conseil, les habitués le savent… »

Publicités