Introuvable sur GoogleEarth, cette école internationale se situe dans une région du monde totalement secrète. Politique, militaire et sociétale, ses domaines d’études sont nombreux. Exclusivement fréquentée par la classe dirigeante mondiale, l’école ne compte que deux critères d’adhésion : être issu d’une famille gouvernante, et être capable de régler les luxueux frais du cursus. Offrant une instruction et un confort de très grand standing, la « Worst than Daddy » School (ou « DWDS ») promet à ses jeunes clients qui seront un jour amenés à diriger leur pays, une formation digne de leur prestige. « Tellement chic qu’elle est unique » peut-on lire sur l’épaisse brochure. La structure promet qu’au terme de la formation, les pensionnaires sauront faire face à toutes types de situation, même (et surtout) aux plus extrêmes. Le but ultime de l’école étant, comme son nom l’indique, d’en sortir plus affutés encore que papa.

La DWDS, une école qui vous apprend à toujours retomber sur vos pattes…

Garder le pouvoir, en le renforçant. Conserver la fortune familiale, en la dissimulant. Dissiper une révolution, en la matant… voilà quelques unes des nombreuses aptitudes dont pourront bénéficier les nouveaux diplômés. À l’instar d’une grande faculté américaine, qui recrute ses étudiants avec la perspective d’être mentionné au moment de leurs gloires, la DWDS fournit régulièrement de nombreux lauréats du « Thug Of the Year » (également appelé « Mayor Quimby Trophy »). L’officieuse adresse de l’institut ne se transmet que de main à main, lors d’amicales rencontres. Exemple du bouche à oreille pratiqué dans le milieu : celui des Sarkozy. Le président français, avide d’attributs royales, s’intéressa longuement au sujet lors du passage de son hôte libyen à Paris. Son ex bouc émissaire ami Mouammar, lui avait alors conseillé d’y placer son fils Jean s’il souhaitait préserver son héritage. Épaté de voir l’énergique Hannibal prêt à prendre la relève, Sarkozy acquiesça avec un de ses légendaires haussements d’épaule et nota le tuyau. L’échec du Putch à l’EPAD (qui fit beaucoup rire Kadhafi) fit comprendre à Nicolas que l’époque avait changé, et les méthodes avec. Depuis, il semblerait que l’héritier Sarkozy fréquente régulièrement la mythique DWDS. Sans résultat… pour l’instant.

D’autres noms célèbres comme W. Bush, Kim Jung-il ou encore Bachard el Assad ont autrefois fréquenté l’établissement, d’autres moins connus mais tout aussi redoutables comme Ali Bongo (Gabon) ou Jean-Claude Duvalier (Haiti) ont également séjourné sur le campus de la DWDS. Bien qu’une omerta en plomb condensé pèse sur l’existence de cette académie pour dictateur, voici les 10 commandements que l’on donne aux nouveaux arrivants…

Les 10 commandements de la DWDS

  • 1 – Le pouvoir, tu garderas.
  • 2 – La fortune, tu conserveras.
  • 3 – L’armée, tu choieras.
  • 4 – La doctrine, tu consoldideras.
  • 5 – Les opposants, tu materas.
  • 6 – Les élections, tu truqueras.
  • 7 – Les richesses naturelles, tu détiendras.
  • 8 – La communauté internationale, tu tromperas.
  • 9 – La descendance, tu prépareras.
  • 10 – L’existence de ces commandements, tu nieras.